Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog mieuxvivreamoneteau par : M. MENANT
  •   le blog mieuxvivreamoneteau par : M. MENANT
  • : défendre la cadre de vie des Monestésiens
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

 

 

Nous sommes une association loi de 1901, créée en 1994 et qui a pour objet de défendre et d'améliorer le cadre de vie des habitants de Monéteau et communes rattachées. Cet objectif  sera  poursuivi dans tous les domaines où l'association décidera d'exercer son action.

- L'association est indépendante des partis et politiquement neutre.

- Nous ne recevons pas de subvention publique

Nous avons aussi comme but l'information et la défense des contribuables de notre commune, en accord avec les articles 14 et 15 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen :

- art. 14 : tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

- art. 15 : la société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

 

 

Articles Récents

20 octobre 2006 5 20 /10 /octobre /2006 17:40
Boues des stations d'épuration
Dans l'Yonne:
  • La stratégie globale au niveau departemental est définie dans le Plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés, ce plan a été révisé au cours de l'été 2000.
  • Les recommandations sont
    • Fermeture des décharges publiques.
    • Implantations de déchetteries.
    • Tri sélectif et valorisation des emballages.
    • L'incinération reste expérimentale.
  • Pour les déchets biodégradables (déchets verts, tontes de gazon, épluchures, vidanges domestiques, boues de station d'épuration), on privilégie épandage, compostage, paillage. Un problème particulier se pose pour les boues de station d'épuration.
Le tout à l'égout draîne de plus en plus d'eaux usées qu'il faut traiter avant de rejeter l'eau assainie dans la nature.
A la sortie de la station d'épuration on obtient des boues qui contiennent, concentrés tous les résidus éliminés des eaux usées.
Où vont ces boues: Trois filières sont possibles:
  • La mise en décharge, mais les volumes à stocker sont très importants et cette solution doit être abandonnée.
  • L'incinération, qui concentrent le déchet et nécessite un investissement très important. L'incinérateur doit respecter les normes européennes de traitement des fumées et les cendres doivent être enfouies dans des décharges contrôlées.
  • La valorisation agricole par épandage.
Les problèmes liés à l'épandage des boues.
  • Les arguments en faveur de l'épandage:
    • Les boues sont riches en matières organiques, azote et phosphore. Si elles ont été chaulées elles contiennent aussi du calcium.
    • Les boues améliorent les propriétés physiques et chimiques du sol.
  • Les inconvénients de l'épandage.
    • Les éléments trace métalliques: Les boues en provenance de stations drainant les eaux usées de zones artisanales et industrielles contiennent souvent des éléments métalliques: Plomb, cadmium, mercure ... L'apport répété et non contrôlé de boues contenant des éléments métalliques peut à long terme causer dans le sol des accumulations incompatibles avec la qualité des cultures.
    • Les composés traces organiques: Sont des produits chimiques Hydrocarbures, détergents, peintures, solvants, produits de traitement...Ces résidus peuvent être toxiques pour les micro-organismes des sols. Certains de ces produits résistent à toute dégradation naturelle:
      • les HPA (Hydrocarbures Polycycliques Aromatiques) provenant de la combustion des carburants automobiles ou du chauffage, ils sont amenés aux eaux usées par le lessivage provoqué par les eaux de pluie.
      • LesPCB: Polychlorobiphényles: Sont en principe interdits en France depuis 1997.
    • Les micro-organismes pathogènes: Les micro-organismes jouent un rôle esentiel dans les processus d'épuration (station d'épuration, fosses sceptiques, sols). Une infime partie, provenant des abattoirs, déjections animales.. peut étre pathogène. Le traitement thermique et le chaulage permettent d'éliminer ces micro-organismes.
    • Les nuisances olfactives: Le stockage et l'épandage en surface de lisiers, boues liquides produisent des mauvaises odeurs, l'épandage avec recouvrement immédiat doit être privilégié. Les boues séches ne devraient pas présenter cet inconvénient.
    • Les boues et l'ensemble de le charge en polluants sur les sols: Il est urgent de diminuer la charge des eaux en éléments nutritifs et en polluants. Il faut considérer l'ensemble de la charge en polluants sur les sols, c'est à dire tous le intrants et leur temps de rémanence dans le milieu:
      --azote, nitrates,pesticides, résidus de sucrerie, de colza, de papeterie, effluents d'élevage, boues liquides ou sèches...
      --Phosphates, nettoyants, solvants...

    La réglementation:
    • Les boues ne sont plus considérées comme des fertilisants mais comme des déchets: Elles sont soumises à une réglementation et à enquête publique.
    • Le producteur des boues doit:
      • Procéder à une étude préalable systématique.
      • Présenter un programme annuel d'épandage et un bilan annuel.
      • Procéder à une auto surveillance de la qualité des boues et des sols:
        Tenir un registre d'épandage, précisant: les parcelles, les quantités, les dates...
    • Le suivi agronomique est confié au Préfet, au producteur de boues ou à un organisme indépendant. Il comprend entre autres, un avis préalable sur le programme prévu, un avis critique sur les modalités de suivi, un contrôle sur les analyses des boues, des sols et des récoltes.
    • La mise en oeuvre de cette réglementation, nécessitera des moyens en hommes, en formation et en matériel pour que le suivi se fasse de manière efficace.

    Boues des stations de la région parisienne: Achères et Valenton:
    Ces boues , issues de l'épuration des eaux usées ménagères et industrielles de la région parisienne, à très forte concentration industrielle, posent avec plus d'acuité, le problème de la présence d'éléments indésirables. Elles sont produites principalement par les usines de retraitement et de stockage de VALENTON Seine-Amont et d'ACHERES Seine-Aval et commercialisées par la SEDE.
    Plusieurs campagnes d'épandage ont été réalisées dans l'Yonne par la SEDE, ont ammené les élus, les habitants et les agriculteurs à prendre position contre l'épandage des boues en provenance de Paris. Il semble que le trop plein des usines parisiennes ai prévalu alors que les stations d'épuration locales doivent trouver elles aussi des solutions pour leurs propres productions.

    • La SEDE a présenté des dossiers qui supposaient une parfaite connaissance des sols, du réseau hydrologique et des paysages. Mais lors des enquêtes d'utilité publique des élus et des citoyens ont signalé la présence de drains agricoles, de zones de captage d'eau potable, d'étangs de pêche, de piscicultures, de champs en pente avec risque de lessivage...près des parcelles retenues
    • L'obligation de réaliser un enfouissement immédiat (différent de rapide!) n'a pas été respectée partout (Utilisation de matériel spécifique), les risques de lessivage sur les terrains en pente sont importants, les riverains se sont plaints d'odeurs insupportables.
    • La fréquence d'épandage: Une fois tous les 3 ou 4 ans doit être suivie sérieusement afin d'éviter l'incorporation d'éléments trace dans les nappes phréatiques et les concentrations dans les sols.
    • Le producteur de boues s'engage à faire des mesures de suivi, mais il ne mesure pas les éléments trace dans le sol avant épandage.
    la position des agriculteurs
    • La profession agricole, déjà echaudée par la vache folle, les OGM, ne veut pas se précipiter dans de nouveaux problèmes.
    • La FNSEA et le CDJA ont appelé au boycott de l'épandage en juin 1999, souhaitant obtenir plus de garanties et une indemnisation en cas de pollution.
    • Ces fédérations ont encore durci leur position devant les projets de loi sur l'eau, et la taxe pollueur-payeur pour justifier leur refus de l'épandage.
    • Quelques agriculteurs acceptent d'épandre les boues provenant de leur commune, mais il n'y a pas de vraie filière liant les petites stations d'épuration et les agriculteurs.
    Dans l'Yonne
    • Dans l'Yonne, la Commission Départementale Consultative du Plan privilégie la valorisation agricole des boues. Elle incite les communes à sécher et stocker les boues pour pouvoir attendre le moment de l'épandage.
    • Elle incite les communes et les collectivités à passer des contrats avec les agriculteurs.
    • Le suivi agronomique est réalisé dans l'Yonne par la MCEA: Mission de Coordination des Epandages en Agriculture.
    Les autres solutions envisagées. Compte tenu des tonnages de boues à éliminer et des limites de l'épandage sur des parcelles cultivables, d'autres voies sont étudiées.
    • Epandage dans les bois. Sylviculture, production de bois, taillis..
    • Réhabilitation de sites. Talus routiers, friches industrielles, friches urbaines, anciennes décharges ..
    • Compostage. Mise en fermentation avec de la paille ou des déchets de bois.

    Tiré d'un document élaboré par
    Rémy De La Garanderie
Repost 0