Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : le blog mieuxvivreamoneteau par : M. MENANT
  •   le blog mieuxvivreamoneteau par : M. MENANT
  • : défendre la cadre de vie des Monestésiens
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Texte Libre

 

 

Nous sommes une association loi de 1901, créée en 1994 et qui a pour objet de défendre et d'améliorer le cadre de vie des habitants de Monéteau et communes rattachées. Cet objectif  sera  poursuivi dans tous les domaines où l'association décidera d'exercer son action.

- L'association est indépendante des partis et politiquement neutre.

- Nous ne recevons pas de subvention publique

Nous avons aussi comme but l'information et la défense des contribuables de notre commune, en accord avec les articles 14 et 15 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen :

- art. 14 : tous les citoyens ont le droit de constater par eux-mêmes ou par leurs représentants la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

- art. 15 : la société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

 

 

Articles Récents

5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 15:41

De Contribuables associés :

 

"Les 11 cérémonies de voeux de Nicolas Sarkozy en janvier 2012 ont coûté 6,5 millions d’euros, selon Le Canard Enchaîné daté du 1er février. Les détails de ces dépenses sur www.impots-economie.com."

Repost 0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 15:37

De Contribuables associés :

 

"Chaque ministre coûte 17 millions d’euros par an au contribuable, personnel et locaux compris, selon les calculs du député apparenté PS de l’Aisne René Dosière dans un livre qui paraît aujourd’hui, « L’Argent de l’Etat » (éditions du Seuil). «Un tiers de cette somme est consacrée à la communication politique personnelle du ministre», note le député."

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 04:47

Nous tenons à votre disposition un guide très interessant de l'association "Contribuables associés" et intitulé " payer moins d'impôts locaux - en contrôlant les bases de vos taxes d'habitation et  taxes foncières". N'hésitez pas à nous le réclamer ou à nous questionner sur le sujet.

Repost 0
4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 17:26

Extraits de la lettre de Contribuables associés en date du 04 avril dernier :

Pendant que le gouvernement s'apitoie sur notre pouvoir d'achat, six nouvelles taxes ont été crées depuis le début de l'année :
- taxe sur les poissons, les crustacés et les mollusques,
- éco-pastille,
- taxe exceptionnelle sur les compagnies pétrolières,
- contribution exceptionnelle de régulation des entreprises de vente en gros de spécialités pharmaceutiques,
- contribution sociale sur les stock-options,
- TGAP sur les huiles et lubrifiants à usage perdu.

Cherchez l'erreur...

Nos revenus diminuent, les retraites baissent...Et pendant ce temps, les impôts, taxes, charges, redevances s'accumulent, et pésent de plus en plus lourd dans notre budget.

Car des impôts en plus c'est du pouvoir d'achat en moins.

Et comme  si ce n'était pas encore suffisant, le gouvernement a toujours de nouveaux projets pour notre argent...

Etes-vous d'accord pour payer une taxe sur les produits sucrés?

Voulez-vous payer une taxe supplémentaire sur le matériel électronique (téléviseurs, ordinateurs, téléphones mobiles...) afin de compenser l'arrêt de la publicité sur la télévision publique?

Que pensez-vous d'une taxe sur les nuits d'hôtels pour financer la restauration du patrimoine français?

Depuis quelques années, nous subissons une véritable rafale d'impôts et taxes :
- impôts locaux directs : + 27,4 % en huit ans,
- nouvelle taxe sur les nouvelles technologies qui viendra s'ajouter à l'Ecotaxe déjà existante,
- taxe additionnelle à la taxe sur les cartes grises,
- taxe sur les déchets réceptionnés dans un incinérateur de déchets ménagers,
- taxe sur les résidences mobiles terrestres,
- taxe de solidarité sur les billets d'avion.

Et n'oublions pas la nouvelle taxe carbone, la nouvelle taxe sur les produits pétroliers...Et la TVA qui va sûrement augmenter. On aurait même échappé à une taxe sur les mobil homes et sur la bière! Quelle chance!

Oui vous le voyez bien, toujours plus d'impôts, plus de charges accablent nos familles et ponctionnent notre pouvoir d'achat.

C'est simple, on ne s'en sort plus...

Aujourd'hui même qu'en on a moins d'argent, il faut payer l'impôt sur le revenu, la TVA, la CSG, la CRDS, les taxes locales, la redevance audiovisuelle, la taxe sur l'essence et tout le reste...On nous taxe sans répit : sur notre revenu, notre consommation, notre maison, notre épargne, notre mort...

Aujourd'hui notre pays détient le triste record de la pression fiscale avec 21 614 euros de prélévements par foyer.

Pour ne rien arranger, depuis quelques mois les prix flambent : hausse du fuel, de l'essence, de l'eau, des produits alimentaires...
Par contre les pensions et salaires n'augmentent guère. Aujourd'hui plus du tiers des retraités, notamment les femmes, ont une retraite inférieure à 1 000 euros par mois.

Voici un aperçu édifiant et très instructif, n'hésitez pas à consulter le site de Contribuables associés si vous voulez en savoir plus.




Repost 0
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 13:47
Ce guide publié par Contribuables associés est un véritable outil au service des citoyens.

Grâce à  cet ouvrage :

- vous serez en mesure de juger de la gestion de votre commune,

- vous percevrez les secrets des comptes de votre localité,

- vous maîtriserez la calcul de vos impositions locales,

- vous vérifierez par vous-mêmes vos bases d'imposition..

Ce guide est disponible sur simple demande à Contribuables associés au prix de 3 euros frais d'expédition compris au 42 rue des Jeûneurs. 75077. PARIS Cedex 02 ou sur www.contribuables.org.
Repost 0
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 21:15
Le Cri du contribuable, Le point de vue de CA (contribuables associés)

Hausse des impôts locaux : à qui la faute ?

Lors des élections municipales, les Français auraient, en majorité, suivi des considérations locales – à près de 70 %, selon les sondages.

 

Sur ce constat, Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP, a tenté de ramener le débat au niveau local en appelant dès le soir du premier tour les candidats de son parti à fustiger la propension des élus de gauche à augmenter la fiscalité locale. Fier de sa trouvaille, il enfonce le clou et se fend d’une tribune dans Le Figaro, intitulée : « Fiscalité : dites la vérité, M. Hollande ! ». Frédéric Lefebvre, secrétaire national en charge de l’économie, résume ainsi le nouvel argument de campagne de l’UMP : « Un vote à gauche égale plus d’impôt, égale moins de pouvoir d’achat ».

Voilà des propos intéressants, dont nous ne pouvons qu’approuver la dernière partie : « plus d’impôts, égale moins de pouvoir d’achat »… Mais est-ce vraiment un monopole de la gauche ?

La réalité est nettement plus nuancée !

Même s’il s’agit d’un comportement fondamentalement socialiste, la droite majoritaire mène, au niveau local comme au plan national, une politique fiscale que ne renierait pas un gouvernement socialiste ! Quelle cohérence, en effet, entre les propos des élus UMP - « plus d’impôts égale moins de pouvoir d’achat » - et la politique nationale menée par la majorité ; entre le refus catégorique du chef de la majorité, François Fillon, de baisser les dépenses, et un chef de l’Etat qui peut se targuer d’avoir instauré pas moins de six nouvelles taxes en seulement 9 mois de mandature ? Cette tendance de la droite à augmenter la pression fiscale, n’en déplaise à M. Devedjian, se retrouve aussi au niveau de la politique locale. Pour preuve, l’audit des grandes villes publié par Les Échos le 21 février, qui montre que les plus fortes progressions de taxe d’habitation observées sur la mandature qui s’achève concernent des villes de droite comme de gauche. Les records en matière de hausse de cotisations votées par les villes et les intercommunalités ont été enregistrés à Marseille (UMP, + 32,7 %), Reims (DVD, + 28,4 %) et Clermont-Ferrand (PS, + 28,3 %). Pour ce qui est des taux communaux de la taxe foncière, votés par les villes, les plus fortes augmentations concernent également des villes de droite et de gauche : + 81,67 % à Villeurbanne (PS), + 38,77 % à Reims (DVD), + 20,61 % à Montreuil (Gauche démocrate et républicaine), + 18,25 % à Asnières (UMP).

Repost 0
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 15:13

Nous tenons à la disposition de tous cet intéressant rapport tiré des rendez-vous parlementaires du contribuable (contribuables associés). N'hésitez pas à nous en réclamer un exemplaire par messagerie.

Repost 0
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 15:03

CA en action

En finir avec l’explosion des impôts locaux

L’explosion des impôts locaux : tel était le thème du colloque organisé, le jeudi 7 décembre, par l’institut de recherches économiques et fiscales (IREF) et Contribuables Associés.

Les intervenants ont donné des exemples :
les dépenses des collectivités locales augmentent en moyenne de 6% par an. « Il y avait 1 million d’agents des collectivités locales en 1980, il y en a aujourd’hui 1,85 million » a rappelé Alain Mathieu, président de CA. Pourquoi une telle croissance ? Pour Gérard Gérard Bramoullé, auteur de Pourquoi l’explosion des impôts locaux (Université d’Aix en Provence), elle est essentiellement due à une décentralisation en trompe l’œil, où l’Etat continue d’imposer sa loi. « Sur les 180 milliards de dépenses des collectivités locales, les prélèvements locaux représentent 100 milliards. Le reste est apporté par l’Etat ».

La solution ? Attention à ne pas céder aux sirènes de l’« harmonisation » fiscale, a prévenu l’avocat Philippe Delsol. Il faut au contraire promouvoir la concurrence fiscale. Thierry Afschrift, de l’université de Bruxelles, a montré comment les baisses successives des impôts en Flandres, ont été systématiquement imités par Bruxelles et la Wallonie. Phénomène comparable en Suisse où les cantons sont souverains en matière fiscale, a souligné Victoria Curzon Price, de l’université de Genève. Déception, en revanche, en Allemagne où l’étatisme est toujours présent, a remarqué Lars Feld, de l’université d’Heidelberg : « La dette de la ville de Berlin n’a pas été jugée suffisante pour que l’Etat verse son obole ». Un encouragement à la dépense inutile…

Voila qui nous rappelle la situation française. D’où la conclusion de Benoite Taffin, porte parole de Contribuables Associés, qui en appelé, en cette période électorale, à une mobilisation toujours plus forte des contribuables citoyens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Print This Post/Page

 

Repost 0
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 14:57


Le point de vue de CA (07.12)

 

En 10 ans, la Taxe Foncière sur les Propriétés Bâties a augmenté de 71%

 

La semaine dernière, l’Union Nationale de la Propriété Immobilière publiait les résultats d’une enquête consacrée à l’augmentation de la taxe foncière depuis 1995.

 

Même si les contribuables propriétaires s’étaient certainement rendu compte de la hausse importante de cette taxe sur les dix dernières années, les chiffres réels rendus publics par cette étude sont époustouflants.

 

Ainsi, entre 1995 et 2005, la taxe foncière sur les propriétés bâties a augmenté de 71%, ses recettes passant de 14 millions d’euros à 24 millions d’euros en dix ans. Parallèlement, le nombre de contribuables s’acquittant de cet impôt a également augmenté : ils étaient 18,7 millions à le payer en 1995, contre plus de 22 millions aujourd’hui.

 

La taxe foncière est composée de plusieurs taux, votés par le département, la région, et la ville. Tous les contribuables français ne sont donc pas égaux face aux augmentations de cette taxe.
Ainsi, entre 2003 et 2005, quatre régions décrochent les premières places en matière d’augmentation des taux régionaux et départementaux de la taxe foncière. Il s’agit de l’Ile de France (46% d’augmentation), de la Bourgogne (52%), de la région Provence Alpes Côte d’Azur (60%), et du Languedoc-Roussillon (81%).

 

Même si certains Français l’ont davantage senti que d’autres, le résultat est donc là : en 1995, la facture moyenne pesant sur un particulier ou une entreprise au titre de la taxe foncière s’élevait à 743 euros. En 2005, elle est de 1090 euros.

 

Cette augmentation de la pression fiscale sur les propriétaires immobiliers est d’autant plus inacceptable qu’elle alourdit encore l’imposition totale sur le capital détenu par les Français, déjà exceptionnellement élevée en France.

 

De plus, il semble que les collectivités territoriales soient tentées de majorer la taxe foncière de manière à pouvoir faire face à leurs nouvelles obligations liées à l’acte II de la décentralisation, inauguré en 2003, et qui implique toujours plus de dépenses à charge des communes, des départements et des régions, sans que l’Etat ne prenne systématiquement en charge les surplus de dépenses occasionnées.

 

Or, il apparait inadmissible que le contribuable paye de sa poche, par l’intermédiaire d’une augmentation des impôts locaux, une réorganisation administrative censée apporter efficacité et réduction de coûts aux Français !
Repost 0
23 novembre 2006 4 23 /11 /novembre /2006 11:44
Les volontaires des centres défense de la 2 ème chance coûtent environ 24 000 euros par an... contre 100 000 euros pour un jeune en centre d'éducation fermé. A tout prendre...
Repost 0